Politique

Liberté des médias: OLPA condamne l’arrestation de trois journalistes à Kinshasa

Dans un communiqué de presse publié le 31 août 2022, l’ONG OLPA (Observatoire de la Liberté de la Presse en Afrique) déplore l’arrestation de trois journalistes kinois par la police. Ces derniers ont été interpellés au moment où ils effectuaient un reportage d’une manifestation des partisans de Jean-Marc Kabund-a-Kabund qui réclamaient sa mise en résidence surveillée telle que décidée par la Cour de cassation. Ci-dessous l’intégralité du communiqué de l’OLPA. Patrick Van Ndibu

L’Observatoire de la Liberté de la Presse en Afrique (OLPA), ONG de défense et de promotion de la liberté de presse, condamne l’interpellation de Jojo Jibikilayi, Achede Milantesa et Emmanuel Tujibikila respectivement journaliste et cameramen au Journal de la ville, Réalités plus et Pas de complexe, magazines d’informations générales diffusés sur plusieurs chaînes de télévision émettant à Kinshasa, capitale de la République du Congo (RDC).

Les trois journalistes au cachot de police

Les journalistes ont été interpellés, le 29 août 2022, par la Police à la place rond-point Ngaba, alors qu’ils effectuaient un reportage sur un rassemblement des jeunes du parti politique Alliance pour le changement de M. Jean-Marc Kabund-a-Kabund, ancien président du parti présidentiel UDPS (Union pour la démocratie et le progrès social) actuellement incarcéré à la prison centrale de Makala pour outrage au Chef de l’Etat. Ses partisans réclamaient l’assignation en résidence surveillée de leur président conformément à la décision de la Cour de cassation.

Les trois journalistes ont été conduits au Commissariat urbain du district de Mont-Amba dans la commune de Matete où ils ont été auditionnés par un Officier de police judiciaire (OPJ) et accusés d’être membres du parti politique Alliance du changement avant d’être placés en détention. La police a exigé un paiement de dix dollars américains à chaque journaliste pour être traité avec dignité au cachot.

Jojo Jibikilayi a pu être relaxé tard dans la nuit du 29 août, alors qu’Achede Milantesa et Emmanuel Tujibikila ont recouvré leur liberté, le 30 août 2022 à midi. Leurs effets confisqués (camera, téléphones et autres effets) ont été restitués.

De ce qui précède, OLPA condamne vigoureusement cette interpellation des professionnels de la presse en plein exercice de leur métier.  Il s’agit manifestement d’une violation de la liberté de presse garantie par la législation congolaise et les instruments juridiques internationaux relatifs aux droits de l’homme.

Par voie de conséquence, OLPA exhorte le Commissaire provincial de la police à sensibiliser les agents de l’ordre à la protection du personnel des médias et de leur matériel dans le cadre de leur travail.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Most Popular1111

To Top