Société

Retombées du monitoring indicatif 2018 CSAC : aucun média kinois ne respecte le pluralisme d’information

Au cours d’une journée de réflexion sur le pluralisme politique dans l’audiovisuel en période ordinaire et électorale organisé, le 18 septembre 2018 au Centre d’information électoral à l’ex-Kin Mazière, par le Conseil supérieur de l’audiovisuel et de la Communication (CSAC), l’institution publique de régulation a révélé que la quasi-totalité des médias de Kinshasa ont péché par le non-respect du principe de pluralisme de l’information au courant de cette année 2018. Selon M. Gaudens Banza Tiefolo, haut-conseiller du CSAC, la Commission technique du CSAC a sollicité du centre de monitoring de cette institution, un monitoring spécifique portant sur l’appréciation du taux de couverture des activités des acteurs, partis et regroupements politiques par les médias opérant dans la ville de Kinshasa.

Un séminaire des journalistes à Kisangani

Une étude menée pendant dix jours, soit du 29 janvier 2018 au 7 février 2018 dans le secteur de la presse écrite et de l’audiovisuel.

Temps d’antenne déséquilibré

Le CSAC a relevé que le temps d’antenne attribué par les radios et TV aux acteurs politiques (RTNC1, RTNC2, RTVS1, Télé 50, CCTV, RTCE, CKTV, Radio okapi, Top Congo Fm et RTNC radio). Le CSAC a constaté que les temps d’antenne ont été attribués de façon déséquilibrée. Et de tirer la sonnette d’alarme en appelant les responsables des rédactions de respecter le principe du pluralisme pour que le processus électoral se déroule de façon apaisée.  Le président du CSAC a annoncé l’organisation des séances pédagogiques au mois d’octobre 2018 pour tenter de sauver ce qui peut encore l’être. Il a aussi déploré le manque des moyens nécessaires qui fait que le CSAC a perdu tous ses bureaux en provinces.   Kabongo M.

 

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Most Popular1111

To Top